Etapes du Camino 2013

Le Camino Francès

De Bayonne à St Jean-Pied-de-Port puis jusqu'à Santiago en Galice sur juillet et août 2013

Ce Camino c'est la continuité de la voie de Vézelay parcourue en 2009 que je m'était promis de faire et suis heureux 4 ans après d'avoir atteint Santiago. Content, heureux et satisfait d'avoir fait cette grande marche d'un total de 1800km (avec la voie de Vèzelay en 2009) par tous les temps, d'y avoir fait de belles rencontres et parcouru de belles régions avec des lieux et paysages magnifiques aussi bien en France qu'en Espagne. Un regret celui d'être, par nécessité, parti en Juillet et août non pas à cause de la chaleur mais à cause du grand nombre de marcheurs sur les 100 derniers km avant Santiago...Certes, bien sûr le chemin n'appartient pas aux seuls soi-disants vrais Pélerins mais il ne doit pas non plu devenir un lieu de colonies de vacances surtout le soir dans les albergues où il est impossible, à cette époque, d'y dormir dans certaines avant minuit. Et que dire de ceux qui prennent ce chemin comme moyen de vacances pas chères ?  

Alors voilà mon "petit coup de gueule du jour" et comme je pense être tolérant et "adaptable" je n'en veux à personne bien entendu...Ce chemin m'a procuré beaucoup de joie, des connaissances sur moi et sur les autres, des rencontres et j'invite les indécis à le parcourir sans réticences et sans démesure.Et à part çà... que du plaisir...et croyez moi cela ne va pas m'empêcher de marcher... car marcher est devenu un plaisir passion avec d'autres projets en tête.

LE CHEMIN de COMPOSTELLE

CAMINO FRANCES de SAINT JEAN PIED DE PORT à SANTIAGO 12 Juillet / 15 Août 2013

(Avec en préambule 3 étapes en France au départ de Bayonne pour rejoindre  St Jean Pied de Port)

→ 12 Juillet 9h16 Les Sables d’Olonne (85)

Départ des SABLES d’OLONNE par le train pour la ROCHE sur YON, BORDEAUX et BAYONNE à 15h35.

Le temps est chaud voire suffoquant au sortir de la gare pour me rendre à la Cathédrale Sainte Marie où je vais essayer de prendre connaissance à la permanence de l’association "Les Amis du Chemin de Saint Jacques", d’un possible hébergement pour l’étape de demain. De la cathédrale je me rends à la maison Diocésaine située près du siège du célèbre club Aviron Bayonnais et du stade Jean DAUGER pour la nuit; Copieux petit déjeuner (comme à l’hôtel) avant le vrai départ pour la première des trois étapes Pyrénéennes françaises.

→ 13 juillet 8h30 : Etape 1 de Bayonne à Ustaritz (64) 15km

Je suis rassuré car ce soir j’ai trouvé, grâce à Anne-Marie, un hébergement à l’arrivée de cette première petite étape qui va me conduire à USTARITZ dans le pays Basque. En forme, bonne nuit au gîte, le gros orage ne m'a pas trop gêné, alors j’arpente les premiers km dans Bayonne avant de trouver le chemin de halage de la Nive que je dois parcourir pendant 10km.Ce chemin de halage est en fait une route goudronnée où se côtoient les marcheurs, les joggeurs, les vélos, les rollers; Comme vous le voyez je ne suis pas seul mais cela reste très agréable comme « promenade » au fil de l’eau de la Nive où s’entraînent aussi les rameurs de l’Aviron Bayonnais.En fait cette étape est tellement bucolique que je ne vois pas les km défiler et me voilà rendu à USTARITZ vers midi. L’occasion comme il y a un petit marché d’acheter quelques provisions et notamment…du bon fromage de brebis local et de m’installer dans le jardin public de la mairie en attendant 15h le moment où l’accueillant doit venir me chercher pour la nuitée. Guy vient me chercher, je suis accueilli à son domicile par une famille entière qui fête les 1 an de la dernière petite fille et me voici à table pour le dessert et la coupe de champagne.Très sympa non !. Marie-Hélène m’installe comme prévu dans leur camping car et insiste pour que ce soir je prenne le repas avec eux…ce que je ne peux refuser tellement la sincérité se dégage de ce couple qui sont de vrais et authentiques pèlerins ( Camino Francès, Camino Norté, voie d’Arles, Rome etc…). Soirée conviviale, bonne nuit dans le camping car, réveil à 6h, à 7h copieux petit déjeuner et reconduite à USTARITZ pour la deuxième étape avec les conseils de Guy.

Sourire Avis et potins de Pélerin : si vous empruntez cette voie de la Nive n’hésitez pas à vous arrêter chez Guy et  Marie-Hélène;  Contactez les d’avance car se sont de grands voyageurs mais s’ils sont dispo il y aura toujours une place pour vous; Guy et Marie - Hélène,  Maison URKIMENDI, « Les Bouleaux de la Montagne » 64480 LARRESSORE  Tel : 05.59.93.15.54

 14 juillet 8h : Etape 2 d’Ustaritz à Hélette (64) 25km

Étape pas des plus simple à cause du balisage pas toujours visible et de la circulation sur la D918 que j’ai voulu prendre à partir de CAMBO les BAINS avec bruits de moteurs, route sans bordure herbeuse et beaucoup de grosses grimpettes jusqu’à HELETTE dont je ne voyais jamais le bout. Enfin l’arrivée  et comme nous sommes dimanche la mairie étant fermée je vais prendre la clé du gîte au café du village. Beau gîte acheté et rénové par la maire où je vais être seul pour la soirée. En attendant je m'astreins aux petites obligations du pèlerin, douche, lavage des affaires et séchage au chaud soleil du pays basque. A ce propos l’identité basque est très marquée ici comme sur le fronton de la mairie, indications sur les panneaux, concours de jeu de cartes au café dénommé « Much » qui est en fait la belote locale et bien sur la langue avec un parler haut et fort du pays basque. C’est bien, ce sont les racines mais des fois on se sent un peu étranger...dans certains cas. Avant le dîner comme il fait chaud je sors boire une petite bière (peu être 2) et en rentrant un petit casse croûte sorti du sac et tôt au lit pour récupérer et être en forme demain pour rejoindre St Jean Pied de Port que j’avais quitté en 2009 date à laquelle je finissais la voie de Vézelay. La nuit a été calme mais réveillé au téléphone par ma femme et mes amis à 0h20mn, pour la bonne cause, pour me souhaiter mon anniversaire! Pour l’occasion c’est eux qui faisaient la fête ! 

→15 juillet 7h : Etape 3 d’Hélette à St Jean Pied de Port (64) 23km

Je décide pour cette étape de prendre les petites routes pour réduire un peu le kilométrage ce qui me permets de reconnaître certains endroits et d’arriver très rapidement par la Porte St Jacques, sans l’émotion de 2009, à 12h15. Je me présente au 55 de la rue de la citadelle à l’accueil des Amis du Chemin de St Jacques, reçu par Maria de Vendée pour la créanciale et avoir les renseignements utiles pour le Camino Francès. Sur ses conseils je vais dormir au gîte Kaserma, 43 de la rue d’Espagne, à deux pas du départ pour…l’Espagne. Le gîte a été légué par une habitante à la ville de St JPDP à condition qu’il reste à cette fonction et en donativo. (merci pour eux). Belle soirée dans ce gîte avec une vingtaine de pèlerins de différentes nationalités après avoir assisté à la bénédiction à l’église du « BOUT du PONT, église qui à été détruite par les Huguenots et qui a servie de refuge aux pèlerins, de nouveau détruite à la révolution et reconstruite au fur et à mesure d’où le nom de « Bout du pont ».

SourireAvis et potins de Pélerin : Ce gîte nouvellement repris, propre et bien tenu par des bénévoles est très bien situé pour le départ en Espagne.

Mes Etapes du Camino 2013

→16 juillet 6h45 : Etape 4 de SJPP à Roncevalles 27km

On peut dire qu’aujourd’hui c’est le grand départ du chemin avec cette 1ére étape en Espagne et qui semble être assez difficile pour des gens peu ou pas assez entraînés et avec quelques années sur les épaules…alors on verra à l’arrivée. Beaucoup de monde, de la jeunesse de tous pays, joyeuse et heureuse de partager cette aventure avant de reprendre les études ou le travail. Pour ma part je constate qu’il y a peu de Français au départ de cette étape et je suis rapidement seul à entamer la rude montée vers le refuge d’Orisson à 8km du gîte Kaserma d’autant plus que la pluie s’est invitée. Rapide pose photos puis entame de la deuxième partie de 12km, en faux plat, avec la montée du Pic de Collado Lépoeder (1430m) juste après avoir basculé vient la descente sur RONCEVALLES  très (trop) pentue ou la vigilance doit être de mise car gare aux genoux et au chevilles dans cette forêt de laquelle on débouche enfin sur le grand « refugio de Peregrinos de Roncevalles ». Ouf…Content d’être arrivé…en bon état, fatigué mais heureux…c’est comme tout il faut le faire soit même et ne pas toujours écouter tous les avis ; A l’arrivée, bonne logistique avec des couchages en box pour 4 personnes placées au fur et à mesure de leur arrivée. Repos, puis douche, lavage, courrier (ce qui sera le commun de chaque fin d’étape) et dîner avec menu Pérégrino au restaurant ce qui me permettra de me faire servir car je le reconnais …je suis fatigué !   

→17 juillet 7h : Etape 5 de Roncevalles A ZURIBI 21,5km

Départ le ventre vide, ce qui n’est pas à faire, mais 6km plus loin un super market est ouvert pour les provisions du jour et ainsi parcourir cette étape que j’ai volontairement raccourcie pour l’équilibrer avec celle de demain qui ne fait que 16km500. Enormément de monde sur ce chemin, ce qui sera le cas jusqu’à Santiago car il ne faut pas oublier qu’on est en plein mois de juillet et août. Néanmoins belle étape mais plus « costaude » que prévue avec deux petits cols Mezkiritz 922m et Carrovide 909m avec une bonne descente bien pentue sur l’arrivée à ZURIBI. A noter dans la ville de ERRO sur quelques centaines de mètres une ancienne voie romaine refaite en opus et ciment très pratique pour marcher. Arrivée à l’albergue municipale, déjà bien pleine, installation faite, petit moment détente au bord du Rio Arga qui sillonne la vallée d’Estibar et tour de la ville (2000habitants). Ce soir menu pérégrino au resto du coin ou j’ai la chance de dîner avec une française de Marseille qui doit poursuivre le Camino jusqu'à Pampelune et bifurquer ensuite sur Bayonne! Buen Camino Jeanine !...

→18 juillet 6h45 : Etape 6 de ZURIBI à PAMPLONA 24km

Étape dite tranquille d’après le guide ; Tant mieux car les mollets sont encore durs mais tout va bien côté santé même si j’aimerai, comme beaucoup, mieux dormir les nuits dans les albergues pour bien récupérer. Enfin…je vais m’y faire sûrement; Côté chemin, j’arrive à l’albergue « Jésus y Maria » de Pamplona vers 13h30 en centre ville qui est en fait  une ancienne église réhabilitée en dortoirs sur deux étages dans une partie de la nef et l’autre partie en salle de... concert! A propos de concert je vais être servi toutes les nuits pendant tout ce chemin...mais je dois être honnête j'y participe bien et suis un bon acteur... Sortie en ville, le constat sur le décalage horaire avec les Espagnols est saisissant ; Il est 16h, les magasins sont fermés et personnes dans les rues…ce qui ne sera plus le cas  à partir de 18h et ce jusqu’à 22, 23h…avec tapas et boccadillos…et cervesa sur les terrasses des bodégas en terrasse.

Avis et potins de Pèlerin : Dans Pamplona, je me suis acheté (par obligation) une nouvelle paire de chaussures Gortex;  Vont elles se faire sans problème !!;   Il y a des rencontres surprenante sur le chemin comme  celle que j’ai faite en croisant Bernard dans Pamplona venant de Santiago et moi y  allant...il a suffit d'un simple regard pour nous rappeler nos quelques jours de  marche en 2009 sur la voie de  Vézelay. Il y a 4 ans c’est unique cela! Alors Bernard pourquoi pas…à une autre fois...                                                                                                 

→19 juillet 6h45 : Etape 7 de PAMPLONA à PUENTA LA RENA 24km

L’inconnue du jour « Mes nouvelles chaussures vont-elles me poser problème » ? Le profil de cette étape ne présente quant à lui pas de grosses difficultés, à part une bosse de 770m, le Alto Del Pédro. Les 5 premiers km pour sortir de Pamplona sont avalés au départ de cette étape et se poursuivent par un chemin jalonné de beaux paysages et beaux villages dont certains sont riches dans cette Navarre comme celui de MURUZABAL. Côté pieds pas de gros problème sauf un échauffement du pouce droit que je calme avec un strap et à priori pas de bobo à l’arrivée vers 14h à l’albergue de Pérégrinos Padres Réparadores. Là je suis accueilli par une bénévole qui me loge seul dans une chambre au premier étage. Ok, je commence à m’installer quand un "cerbère" (pas sur le plan physique) vient me déloger (en gueulant comme un veau) m’indiquant que je ne devais pas occuper ce lit. Sans un mot il repart en marmonnant devant mon étonnement...et ma colère qui commençait à monter car je n’ai pas l’habitude de braver les interdits…Merde alors…! Vexé je redescends quelques minutes après et sans s’excuser et faisant mine de m'ignorer me fait comprendre que je pouvais rester et d’ailleurs d’autres pélerins arrivent au fur et à mesure et bientôt la chambrée est pleine. Incroyable ! Cet individu aura encore plusieurs altercations toute la soirée avec d'autres pélerins car il fait preuve de peu de discernement et surtout d’autorité excessive. Petit tour en ville pour prendre l’air…(j'en avais besoin) de Puenta la Reina, ville moyenne située entre Pamplona et Logrono avec en contre bas …toujours le Rio ARGA. Retour au gîte et dîner de sportif avec pâtes à la sauce tomate…j’en avais très envie. La nuit à été difficile à cause de la chaleur, des mouches, de l’orage et de ceux qui se sont couché…très très tard…Bah il faut bien que jeunesse se passe !

Déçu Avis et potins de Pélerin : Un accueillant …peu accueillant que j'aurai plutôt vu gardien de prison , une cuisine exsangue, un gîte avec dortoirs bourrés...que je ne recommande pas du tout.

→ 19 juillet 6h : Etape 8 de PUENTA LA RENA à VILLAMOYOR 32km

32 km...un exploit pour moi surtout avec des chaussures neuves et...des ampoules en vue ...mais il fallait que je rallonge l'étape prévue de 22km à Estella pour coucher dans un gîte intermédiaire et essayer de retrouver l'esprit du chemin ! J'ai bien choisi...après avoir marché sans arrêt pendant 6 heures j'ai trouvé un gîte neuf dans un village de la Navarre riche de superbes maisons, de vignes, de champs de blés et d'oliviers; Je constate aussi que la santé est bonne, que les jambes commencent à prendre le rythme au bout des premiers 190km au compteur ...mais il en reste encore 650!! alors ce soir vite au lit après avoir soigné les pieds

Avis et potins de Pèlerin : Pas eu le temps de faire des courses à l'épicerie locale...elle à fermée à 18h30; Donc j'ai invité Jérémy, un jeune pélerin que j'ai aperçu au soir de quelques étapes auparavant, à partager un menu Pérégrino au restaurant. 

→21 juillet 6h30 : Etape 9 de VILLAMOYOR à VIANA 32km

Bonne nuit qui m'a permis de récupérer et départ pour les premiers 12km jusqu'à Los Arcos ou je m'arrête prendre un desayunos ce qui correspond ici en Espagne à un petit déjeuner et malheureusement constater un début d'ampoule au talon gauche. Requinqué par ce petit dèj...en route pour Viana à 20km que je parcours en partie avec Philippe avec qui je chemine depuis hier sous un chaud soleil en écoutant le chant des cigales sur un chemin avec de belles grimpettes à escalader. Bien fatigué je quitte Phillipe et me présente à l'Albergue Andrès Munoz ou j'ai la surprise de retrouver Jérémy qui m'accueille avec une bière bien fraîche...Le pauvre il n'en a pas revu la couleur ni l'odeur;  C'est la folie ici pour une fête dans  la ville qui va durer 5 jours à l'occasion de la Ste Magdelena et de la StJacques avec défilé de chars et de sa majesté le Roi et la Reine (en carton pâte) dans les rues avec des terrasses de bars pleines et joyeuses ...Et l'ambiance va crescendo alors attention il y en a qui vont s'écrouler....et se réveiller avec le bourdon ...mais pas celui du camino !

Cool Avis et potins de Pélerin : Vraiment très sympa de se retrouver à partager la fête avec les habitants qui pour l'occasion sont tous habillés aux couleurs de la féria en rouge et blanc.  J'ai reçu un texto d'encouragement de mon fils Seb;  En soirée tapas avec Philippe et Joëlle et Jérémy et ensuite dîner avec Jérémy au restaurant.

→22 juillet : 6h30 Etape 10 de VIANA à VENDOSA 31km

Nuit un peu plus courte et grosse ampoule, c'est de ma faute, il fait très chaud, des chaussures neuves, des longues étapes alors cela devait bien arriver ! J'ai pas trop le moral malgré la présence de Jérémy et celle de Philippe que nous retrouvons en route ce matin; Arrêt à Logrono, je fais un pansement en ville et prends un desayunos (à la française) avec mes compagnons et cela me fait du bien pour reprendre le chemin. Traversée de Logrono en longeant le Rio Ebro et son immense parc de loisirs Grajero très fréquenté par les joggeurs et arrivée vers 12h à Navarette ou nous retrouvons Joëlle pour un petit casse croûte à l'ombre dans un petit square. J'en profite pour refaire un pansement et nous repartons, Philippe et Joëlle pour Alto San Anton et moi pour Vendosa et son albergue de San Saturnino.

Avis et potins de Pèlerins: Philippe et Joëlle sont mari et femme et ont la particularité d'être partis de la Drôme lui à pieds elle en vélo auquel est fixée une  petite remorque légère pour rejoindre la voie du Puy en Velay puis le Camino Francès; Ils font le chemin indépendamment et se retrouvent le midi pour manger et le soir pour trouver un emplacement pour une nuit sous la tente! Bravo et chapeau pour la coordination car à ce que j'ai pu constater c'est nickel...et ils sont très sympa. Et aussi...Belle et heureuse surprise avec un petit coup de téléphone qui m'annonce la venue au monde de Pauline ma 3ème petite fille à 5h30.

→23 juillet 6h45 : Etape 11 de VENDOSA à SANTO DOMINGO DE LA CALZADA 32km

IL ME RESTE A PARCOURIR 559,5KMLangue tiréeLangue tiréeLangue tiréeLangue tiréeLangue tirée

Lever à 5 heures comme ces 3 derniers jours mais surprise l'albergue est fermée et programmée pour un départ des pélerins à 6h15...Et en plus tous les appareils électrique se mettent en fonction à 6h dans la cuisine pour faire chauffer soit la plaque soit la cafetière !! Super mais pas cool pour les lève- tôt. Du coup bien obligé d'attendre donc je prends mon temps pour préparer mes pieds avec la grosse ampoule sous le pied droit celle que Kristen l'accueillante m'a soignée hier, percée, désinfectée et "bétadinée"pour cette étape de 32km. En route, dès la porte débloquée, pour les 10 premiers km avec Jérémy qui m'accompagne au départ car c'est un grand gaillard avec de grands compas et comme je sais qu'il ne marche pas à son rythme on se sépare au bout de 2 à 3 km...et je puis vous assurer qu'il a vite fait de prendre de la distance. Arrivée dans NAREJA, en contrebas j'aperçois Joëlle en contrebas sur son vélo mais ne reverrai pas aujourd'hui l'ami Philippe que je compare à un  personnage régulier, précis et rythmé comme un "métronome". Ensuite 2ème partie jusqu'à AZOFRA ou je m'arrête pour manger un bout avant d'attaquer la suite du chemin, CIRUNA puis descente sur SANTO DOMINGO pour trouver l'albergue Cistérienne de l'Annonciation ou beaucoup de Pélerins sont déjà là. Je me suis bien senti en jambes mais fatigué au bout de ces 32km alors bien content d'être arrivé car le temps depuis une dizaine de jours avoisine les 35°avec la poussière en prime. Tampon sur la créanciale (à ne pas oublier) n°de lit, ce sera le 35 dans une toute toute petite chambre avec 3 lits, je prends possession du premier à l'entrée et les deux autres seront occupés par 2 pélerines Allemandes que je ne verrais pas de la soirée mais que j'entendrais ronfler toute la nuit. Comme il y a une très grande salle à manger ce sera popote sur place avant d'aller dormir...peut être...et par intermittence car les nanas, elles, s'en sont donné à coeur joie dans la ronflette et c'est aussi pénible que des bonhommes !            

→24 juillet 6h30 : Etape 12 de SANTO DOMINGO DE LA CALZADA à BELORADO 29km

Douce nuit...non je m'égare...Ce ne fut pas le cas, loin de là, donc lever à 5h et comme le dit le proverbe ...ne fait pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on fît à toi même...alors le plus doucement possible avec les affaires rassemblées le soir pour venir m'habiller dans la grande salle en bas ou je retrouve... l'ami Jérémy. Départ au petit jour après un bon café avec Jérémy qui me "lâche" au bout de 2km et gros coup de chaud j'ai oublié mon téléphone avec le chargeur à l'abbaye!!; Panique ...je ne peux faire autrement que de retourner sur mes pas en espérant le retrouver là ou je l'ai laissé...on verra bien!. Quelques centaines de mètres sur le chemin du retour et comme il longe à 100 m une route et qu'il y a un peu de circulation je coupe au travers et fais du stop...la première voiture passe...non je n'ai pas juré!...et la deuxième s'arrête et me dépose très près de l'abbaye...merci madame dieu vous le rendra. Quid...il va être là ou pas? Ouf... oui et à la même place, bien chargé (il a eu le temps), pas de perte de temps me voilà reparti d'un pas plus léger mais je me promets de ralentir la cadence car cela m'a marqué. Bingo je trouve l'albergue EL CAMINANTE avec peu de couchages (26lits), propre, tenue avec rigueur par la bénévole de service et pas loin du centre ville dont les clochers sont tous garnis de nids de cigognes. Il est 15h je n'ai pas manger mais comme cela m'a coupé un peu l’appétit alors un paquet de biscuits et une barre chocolaté feront l'affaire ...mais ce soir promis le repas pérégrino est déjà réservé.

Langue tiréeAvis et potins de pélerin : Cela fait du bien de trouver ce genre d'albergue et en plus nous ne sommes que 8 pélerins à l'occuper.  Etape chargée d'émotions car sur mon portable il y avait un message et la première photo de ma 3ème petite fille qui venait de naître! Etape aussi fatiguante sur le plan physique ...pour le corps et pour l'esprit et je dois avouer que j'ai un peu le moral en berne ce soir.

→25 juillet 6h15 : Etape 13 de BELORADO à SAN JUAN DE ORTEGA 27,5km

Un bon repas hier soir ..un bon lit..peu de monde dans le gîte, tout était requis pour une bonne nuit et pour attaquer une étape moyennement difficile avec seulement la belle montée de l'ALTO DE VAlBUENA (tiens moi qui suis footeux cela me rappelle quelqu'un). Etape qui doit nous conduire à SAN JUAN D'ORTEGA, je dis nous mais en fait comme beaucoup je marche seul...non pas le long des rues mais sur les chemins en principe... et j'avoue que j'aimerai bien "taper" un peu la causette mais les français sont pour l'instant absents depuis le départ de SJPP. Départ au petit jour dans la brume vers les villages de TOSANTO de VILLAMBISTIA puis ESPINOSA DEL CAMINO et ensuite VILLAFRANCA avant d'attaquer l'ALTO DE VALBUENA et sa longue descente et lancinante traversée de fôret de sapins. Il est 12h, il fait très chaud, il m'a fallu rationner l'eau pour arriver enfin à SAN JUAN DE ORTEGA pour m'apercevoir que ce que je croyais être une ville ou tout le moins un village est en fait le nom de l'albergue située au milieu de nul part, accolée à une ancienne église en réfection sur sa droite et un bar sur sa gauche. Je remarque déjà des pélerins qui attendent près de l'accueil; Celui-ci vient d'ouvrir et j'en profite, avant la crédenciale et le choix du lit, pour  boire goulument un coca, bien frais, au distributeur car à part 2 distributeurs (boissons et plats préparés) il n'y a rien d'autres. Ensuite douche, lessive et petit encas sorti du sac (j'avais prévu) à l'ombre à côté de 2 ânes (des vrais) que beaucoup venaient caresser et donner à manger. Vers 14h mon épouse m'appelle pour m'annoncer la catastrophe ferroviaire de St Jacques le jour de la ...St Jacques... ce qui me laisse à penser que c'est un attentat! La suite nous prouvera que non...c'est un affreux accident auquel à 18h une messe sera dédiée aux pauvres malheureux voyageurs qui se comptaient à ce moment là au nombre de 72. 

Avis et potins de pélerin : Alberge au milieu de nul part mais endroit somme toute agréable et reposant et... si cette nuit c'est idem ce sera parfait. Une pélerine s'est faite "voler"sa pochette banane laissée sur son lit! Branle bas de combat avec enquête de la guardia civile! Miracle le soir elle l'a retrouvée sur son lit!. Bizard non; personne n'y a trop cru... à cette histoire. Vers 20h ayant fait la connaissance d'un couple de pélerins Messins je me suis retrouvé au restaurant dans une ambiance fort sympathique ainsi qu'avec certains autres pélerins avec qui je vais jusqu'à LEON faire plusieurs bouts d'étapes.

               Point sur le kilométrage: 62 km en 3 étapes sur le chemin de la Nive en France ;     12 étapes sur le camino en Espagne ;

  Total réalisé 354 km  -  Reste à parcourir 485 kmLangue tiréeLangue tiréeLangue tiréeLangue tirée

→26 juillet 5h 45 : Etape 14 de SAN JUAN DE ORTEGA à BURGOS 27,5km

Aujourd'hui j'arrive à BURGOS au premier tiers du chemin, le deuxième étant celui de LEON et le dernier à l'arrivée à SANTIAGO en étant content de moi malgré tout bien que souffrant (en silence) depuis 9 jours ! J'en suis fatigué aussi moralement au point de me demander si je ne vais pas mettre un terme à mon voyage en me disant tout en marchant ...Ou est le plaisir dans tout çà ! Certes l'ampoule du talon est cicatrisée mais une autre (qui doit pouvoir éclairer tout un quartier) est bien là et en plein sous la plante du pied gauche et je puis vous assurer qu'elle me fait atrocement souffrir. Je n'ai pas envie d'arrêter là ...alors que faire  ! J'en parle à un pélerin Belge qui me voyant marcher sur une jambe après la douche se propose de me soigner ce soir avant le coucher, il est infirmier et cela me rassure et me redonne le moral. L'étape de ce jour a bien évidemment été très pénible car les appuis ne sont plus les mêmes surtout après ATAPUERCA pour franchir le Matagrande (1078m) et encore bien plus la descente vers VILLALVAL dans les cailloux qui me torturent "le mauvais pied"; et puis il y a la chaleur...toujours là et pesante. A VILLAFRIA banlieue de BURGOS il me reste encore 10km à parcourir, d'abord en zone industrielle et ensuite en grande banlieue avant d'atteindre le centre ville et l'albergue municipale; Un type au demeurant sympathique m'accoste pensant bien que j'étais français (je confirme), tout simplement pour faire un brin de causette ayant lui même habité et travaillé 25ans en France et revenu au pays; Cela lui a fait plaisir et il m'a conseillé pour repartir de prendre le bus à la station d'en face pour ces 10km restant. Je n'ai pas suivi ce conseil, ce n'est pas le genre de la maison, et suis reparti...clopin clopant. J'ai du mettre 3h30 pour faire les 10km et me rendre au gîte qui se trouve à côté de la cathédrale, il a fallu encore monter, (les monuments religieux en général sont toujours au point haut des villes) avant de poser le sac, prendre la douche, les quelques courses et notamment de la parapharmacie pour "mon infirmier". 19h le compeed est posé, le pansement fait, nous pouvons boire une bonne bière en face ...Au retour petite collation et vite...vite au lit pour je l'espère un repos réparateur pour repartir demain...car maintenant c'est sûr...mal, moins mal ou plus mal... je vais au bout du chemin...foi d'Etienne.

Avis et potins de pèlerin : L'albergue de Burgos est toute neuve, d'un grand confort avec à chaque tête de lit, prise, point lumineux ... et bien qu'elle soit une des plus grandes du chemin (176lits) la plus calme et une des mieux gérées.  A propos des soins pour les ampoules il y a plusieurs écoles: Le Belge, mon infirmier du chemin, m'a soigné en perçant, en désinfectant et en posant un compeed, puis une gaz et un sparadra respirant. D'autres car cela ne sait pas arrangé pour moi tout de suite, soignent en perçant, retirant la peau, en désinfectant, beaucoup de Bétadine, une compresse et un sparadra. C'est à priori cette méthode qui à le plus d'adeptes (si on peu dire) mais en tout cas j'ai bien mis dix jours avant de bien poser sans douleur le pied par terre... C'EST LONG DIX JOURS croyez moi !.

→27 juillet 6h30 Etape 15 de BURGOS à HORNILLOS DEL CAMINO 20km 

Réveillé de bonne heure par les premiers partants...je décolle du lit pour une petite étape de 20km en ayant passé une bonne nuit... mais..il y a un mais...je constate aussitôt que j'ai du mal à poser le pied par terre...hou...là...là... çà va être dur. Aller il faut prendre le taureau par les cornes... d'abord en me chaussant puis pas à pas je me force à marcher normalement... j'encaisse la douleur et cela sur le premier km puis petit à petit j'arrive à traiter le mal par le mal; Bien m'en fait car au fur à mesure elle disparaît ou plus justement je la supporte bien sauf quand il y a une tête de pierre qui ressort du chemin ou de la route...mais je sens aussi le pied prendre du volume ; Cela me pousse quand même jusqu'à TARDAJOS au 9ème km et j' y fait halte pour prendre un desayunos qui est le bienvenu. Tiens le temps à changé...il est passé au gris et la pluie se met à tomber mais cela ne m'empêche pas de poursuivre jusqu'à RABE DE LAS CALZADAS village encore niché de nombreux nids de cigognes sur les clochers d'églises, avant d'attaquer deux montées et descentes dans les cailloux (merci pour moi) avant d'arriver à HORNILLOS. Ce village est petit, sans commerce, avec sur mon guide une albergue municipale et semble t' il suivant les renseignements une privée qui vient d'ouvrir depuis un mois. Je me rends au centre sur la place de l'église et y aperçois le couple de Messins, Martine et Thierry; Content de se retrouver nous prenons quelques photos...surtout Thierry qui m'avouera en avoir pris pas moins de 1500 pendant ses 3 semaines de marche. Il est 13h, l'albergue privée venant d'ouvrir nous décidons d'aller jeter un œil comme on dit; L'accueil est sympa, l'intérieur aussi, le prix est correct avec pour le repas du soir une paella faite maison par la patronne très accueillante sera servie à tous les pélerins en plein air car...le soleil est revenu. D'emblée dans ce gîte je retrouve l'esprit du chemin grâce au patron qui est venu nous rejoindre et qui lui même nous a dit avoir à fait le chemin du Puy et souhaitait reproduire chez lui " le comme chez soit" et la même convivialité familiale entre pélerins que l'on ne retrouve pas forcément dans les grandes albergues. Je vous ferais grâce de mon ampoule...cela ne s'arrange pas et comme beaucoup de français (pour une fois) sont au gîte et voyant comment je marche j'ai beaucoup de conseils...mais pas beaucoup de solutions pour guérir de suite...sauf un miracle...alors je vais attendre !

Avis et potins de pélerin : Super accueil et bonne soirée autour de la paella et pour moi coucher à 21h avec l'angoisse vu l'état de mon pied hier soir au coucher de ne pouvoir repartir...et rytmée par de gros ronflements...il paraît..! n'est pas Thierry et Martine?  Au gîte j'ai fait connaissance avec un kiné...il m'a conseillé d'enlever le compeed pour faire sécher au maximum la plaie et de soigner avec la Bétadine...c'est pour lui le seul remède efficace...Je me suis exécuté et j'en reparlerai quand cela sera fini...mais de tout façon il faut que j'aille au bout ; J'ai aussi trouver un marteau alors j'ai pu aussi mettre mon bâton de marche à jour en enfonçant les clous des dernières étapes parcourues. Je conseille cette albergue dont voici les coodonnées: HOSTAL- ALBERGUE "EL ALFAR de HORNILLOS" Tf: 654263857 / 619235930 (Hornillos del Camino)

28 juillet 8h30:Etape 16 de HORNILLOS DEL CAMINO à CASTROJERIZ 20,5km

J'ai pris mon temps ce matin car l'étape est aussi courte qu'hier et vu les circonstance cela me va parfaitement; Etape au profil légérement accidenté avec un départ des plus prudent car il faut aussi que je gère un début de contracture au mollet droit dû certainement à une marche contrariée depuis plusieurs jours. Le temps est frais ce matin avec du vent sur le plateau ce qui ne sera plus le cas cet après midi ou il deviendra chaud...voire même très chaud ce qui ne m'empêche pas, de montées en descentes caillouteuses, d'arriver à SAN ANTON ou je m'arrête pour un peu de repos. Il est 12h...il me reste en gros 3km pour arriver au village de CASTROJERIZ, lieu de fin d'étape que je vois d'ailleurs au loin perché sur une belle "bosse" (décidément c'est souvent le cas pour les fins d'étapes). Qu'ils vont être longs ces 3 km..on dirait que je n'avance plus ! J'ai du mettre largement 1h mais en compensation l'approche vaut le coup d'oeil avec en surplomp un vieux château en ruines et le tout dans un cadre de carte postale; A contrario peu de commerces (et en plus on est dimanche) mais à première vue c'est un village riche en patrimoine avec 4 albergues pour les pélerins. Je fais le choix de la CASA NOSTA tenue par un type aussi ruste que l'ait sa casa, très ancienne, voire hétéroclite en ameublement avec un lit cassé ce qui m' a valu ensuite d'être seul dans une autre petite chambre...sans porte!. Ce soir repas dans la cuisine sur place avec je pense plusieurs autres pélerins car ...une "bande se forme" !!

Avis et potins de pélerin : Je traverse une période difficile sur le plan physique mais j'essai de relativiser pour aller le plus loin possible .  Je disais qu'une bande se formait...oui effectivement sans se dire la veille ou le matin en partant ou l'on va s'arrêter, systhématiquement on se retrouve depuis quelques temps à plusieurs dans la même albergue...et content de se retrouver...n'est ce pas Thierry, Martine, Thérèse, Emilie, Lorentz, Hélène, Yan, le Belge etc...Dommage j'ai perdu de vue...mais une pensée pour eux: Jérémy, Philippe, Joelle

29 juillet 7h45 :  Etape 17 de CASTROJERIZ à BOADILLA DEL CAMINO 21km

17km sur le guide... 21 à l'arrivée ! Et oui il s'avère que Michelin c'est trompé dans ses comptes...car j'ai mis 3 heures pour parcourir soit disant 6,6km pour arriver jusqu'à ITERO DE LA VEGA...hollé ... Bon ce qui me rassure c'est que je ne suis pas le seul à l'avoir constaté! Pas mal non plus la montée de bon matin du Alto de Mostalares 910m pour commencé ! J'ai rejoins dans cette montée le couple d'allemands père et fille rencontré depuis plusieurs jours et je dis chapeau bas à ce monsieur de 84 ans qui se porte comme un jeune homme et qui à l'humilité de répondre quand on le félicite que c'est grâce à sa fille (la 60...taine passée elle aussi) qu'il peu faire ce chemin...Bravo Monsieur. Arrêt à ITERO pour un petit desayunos requinquant et en route au moins jusqu'à BOADILLA ou j'arrive à 12h15! Question : Continuer jusqu'à FROMISTA 6km plus loin ou comme prévu s'arrêter? la voie de la raison me dit "basta"  et je rentre dans la deuxième l'albergue privée( avec piscine s'il vous plaît) de 12lits mais en fait il y en a 48 et 3h plus tard elle est pleine...d'italiens et d'Espagnol...je suis à peu près le seul Français de la bande.Tant pis il fait très chaud...vite une douche, un petit encas sorti du sac et ce soir...ce sera menu pérégrino à l'auberge.

Avis et potins de pélerin : Je me sens un peu mieux physiquement même et le moral revient grâce aussi à mon épouse qui tous les jours m'appelle pour prendre de mes nouvelles; L'albergue est sympa et comme il fait beau et qu'extérieurement elle est bien arborée j'ai fais mon courrier et me suis reposé sur le gazon. Pas un de la bande aujourd'hui à cette étape... je pense qu'ils ont poussé jusqu'à Fromista; Ah oui je me répète mais pour ce chemin qui est super bien balisé ne vous prenez pas la tête avec des gros topos guides! Le petit guide Michelin 160 vous indique: Tracés avec cartes, informations pratiques et les hébergements; Vous le trouverez notemment chez Leclerc culturel au prix de 6€ et il fera largement votre bonheur. Rassurez vous ce n'est pas de la promo pour Michelin, seulement que je le trouve utile...pratique et peu encombrant.

→30 juillet 6h30 : Etape 18 de BOADILLA DEL CAMINO à CARRION DE LOS CONDES 21km

Cette étape va sceller bientôt la fin de mes ennuis physiques; Sous un soleil qui va devenir de plus en plus chaud je traverse plusieurs beaux petits villages mais dommage qu'ils soient trop proches, pour ne pas dire plus, de la nationale P980!  Par contre ...impossible de se perdre!! Etape plate donc pas à puiser dans ses réserves...il n'y a qu'à dérouler...çà me va bien; Sur la fin les 6 derniers kms entre VILLALCAZAR DE SIRGA (arrêt pour un petit casse croûte) et CARRION DE LOS CONDES ...deviennent plus difficiles à cause du soleil qui devient brûlant. Entrée dans la ville pas beaucoup de monde dehors, tous les volets sont baissés et arrivée à l'albergue SANTA MARIA, un choix, après avoir passé celle du monastère SANTA CLARA ou un pélerin m'a fait comprendre que ce n'était pas terrible; Bon accueil  à Santa maria par les petites Sœurs et une accueillante civile qui parle Français...ouf ce n'est pas souvent alors j'en profite pour lui poser tout un tas de questions et notamment sur les "centro saluto". J'ai la réponse et je vais y être, ce soir à 18h, accompagné pour des soins. Comme d'habitude l'albergue se remplie et cette nuit sera très certainement une nuit de ronfleurs car je viens d'apercevoir un spécimen...une porcherie à lui tout seul...et il est à 3 lits du mien! Quand je vous disais qu'aujourd'hui c'était le début...de la fin de mes ennuis physiques... c'est parce qu'au centro saluto j'ai été parfaitement bien soigné par un infirmier, que la plaie est "belle" pas infectée du tout et qu'il m'a bien soigné et conseillé de faire la même opération à SAHAGUN après demain; Je suis donc sur la bonne voie...sans jeu de mots !! Au retour quelques courses en ville pour un repas au gîte car il y a ici une belle "cocinas" pour se préparer un bon petit repas.

Avis et potins de pélerin : Accueil et albergue sympa, dans l'esprit du chemin avec de quoi cuisiner et le sentiment que le pélerin n'est pas un numéro. J'ai d'ailleurs  fais un tabac à l'accueil avec mon bâton de pélerin à clous car une petite sœur s'est enthousiasmée par son originalité...celle d'enfoncer à chaque arrivée d'étape un clou signifiant ainsi la fin de la partie du chemin.  Ah... j'ai retrouvé en partie ma bande en ville... et au gîte... Sympa. Un mot sur les "centro saluto" ne faites pas comme moi n'hézitez pas à vous arrêter pour vous faire soigner ou même pour une visite de médecin car pélerins que nous sommes avons grâce à un accord européen priorité et gratuité munis de la carte européenne de sécurité sociale délivrée par les caisses locales françaises.

→31 juillet 6h30 : Etape 19 de CARRION DE LOS CONDES à CALZADILLA DE LA CUEZA 17km

J'ai fais le choix aujourd'hui de faire une petite étape de façon à pouvoir m'arrêter à SAHAGUN mais aussi pour faire d'un seul trait cette fameuse étape de la MESETA tant redoutée par tout le monde...on verra . Il fait déjà chaud ce matin..je retrouve en sortant de la ville le groupe Thierry  et Martine  et tranquillement nous poursuivons notre chemin avec le thermomètre qui grimpe...tiens à 6km du départ... un petit coin ombragé avec une table...et tiens à 9km un coin bar qui semble nouveau (peut être "clandestin"  d'ailleurs mais bien sympa... alors je m'arrête pour un break, manger un bout, aérer les pieds et mettre les sandales pour finir l'étape. Tout va bien je gère et continu le chemin avec Maeva une jeune fille qui semble avoir aussi de gros soucis physique. Nous papotons et j'en profite pour lui donner le conseil de s'arrêter au prochain "centro saluto"; Elle peine mais jeunesse oblige au bout de 2km elle allonge le pas et je ne la reverrai que quelques étapes plus loin et...  en forme. Il est 11h15 je vois au loin le prochain village qui doit être celui de CALZADILLA DE LA CUEZA ...et oui c'est bien çà et la seule albergue du coin est en vue...et 2 pélerins (Argentin et Italien) attendent son l'ouverture. Ok 7€ la nuitée, le gîte privé est propre sans "cosinas" ce qui devient récurant et même énervant parce que tout est fait dans certaines albergues isolées pour que le commerce se fasse à l'extérieur comme ici au seul bar du coin qui est géré par la...même famille !...Bizard...Bizard!..; Donc pas de boissons fraîches sur place ...et pourtant je peux vous dire qu'il fait très chaud. N'importe quoi...et en plus le gus n'est pas accueillant du tout et ne fait aucun effort pour parler Français ...ne serait ce qu'un tout petit peu comme pour me faire comprendre que le beau distributeur "coca cola" bien en vue est soit disant en panne alors qu'il paraît tout neuf...La makina cassée il a dit le monsieur ! 

Avis et potins de pélerin : Des albergues privées comme cela çà ne doit pas exister...çà dénature l'esprit du chemein car on va vers un marché du chemin avec pour seul but de faire de l'argent; Aujourd'hui je considère que c'est une étape "bordel " avec hier soir le bruit et la chaleur dans la chambre, un lever en fanfare au matin , un petit déjeuner "desayunos" dégueulas et 2 repas sur le pousse sortis du sac. Nous sommes mercredi je viens en kilométrage de basculer et dimanche je serai à LEON ; Il me restera 2 semaines de marche pour arriver à SANTIAGO...et mon ampoule est pratiquement guérie...çà c'est youpie !!

  1 AOUT 5h15 : Etape de CALZADILLA DE CUEZA à CALZA DEL COTO 27 km

Ce matin j'ai la mauvaise tête ! Contrarié que je suis de l'accueil dans ce gîte hier, mal dormi avec des pélerins qui rentre à minuit, des qui se lève dès 4h40...pas un Français pour faire un bout de causette...C'est pas possible du coup je suis sur le chemin à 5h15 à la "bougie" pour chercher le balisage et aligner les km pour me retrouver à TERRADILLOS DE LOS TEMPLARIOS vers 6h30 ou je retrouve le groupe...Thierry, Martine, Emilie, Lorentz à qui je raconte mes petits malheurs de logistique. A MORATINOS je pense trouver un bar pour un petit dèj...rien de rien...alors à la sortie du village une table au bord de la route me tend les bras; Je m'installe et sort du sac ( boîte de sardines, pain, barre de céréales) et prend la pause en automatique avec mon appareil. Arrive Nathalie la jolie Belge qui elle aussi me raconte ses malheurs et ses maux et nous repartons. 10km après me voilà arrivé à SAHAGUN, belle grande ville, et me rancarde pour faire halte au centro saluto... parfait: pélerin prioritaire, pélerin soigné de suite, pélerin reparti presqu'aussi vite pour CALZADA DEL COTO. CALZADA est un petit village à 1km du chemin pour rejoindre l'albergue que je trouve être fermée!...Je me renseigne plus mal que bien et du coup un gars me conduit à un bar au sortir de la ville ou surprise surprise...je retrouve le groupe Thierry (il est 15h) en terrasse devant une superbe assiette de crudités. Parfait je demande à Emilie de voir avec le patron qui lui fait dire que le gîte est fermé ...mais réponse...La clé est sur la porte...donc ouvert à tous pélerins et en donativo! Effectivement elle y est j'ouvre et constate que le gîte est impeccable, je choisi le meilleur lit, douche, lessive et vais faire quelques bonnes provisions, chorizo, fromage de brebis, petit coup rouge car j'ai envie ce soir de me faire plaisir même si je pensais dîner au restaurant... qui est fermé ! A priori je serai seul...une aubaine pour bien se reposer...quel bonheur ! Et bien cela s'est vérifié en plus j'ai bien manger et bien dormi jusqu'à 4h du matin...voyez la suite dans mes potins!!

Avis et potins de pélerin : Unique de se retrouver seul dans une albergue sur le camino! Comme quoi et en fonction des circonstances de s'éloigner du chemin permet de trouver des trucs sympas; Je recommande cette petite albergue de 2 dortoirs de 12 lits chacun pour hommes..et femmes svp!  Ah...oui pourquoi j'ai été réveillé à 4 heures?. J'ai senti à cette heure là des gouttes !! dans mon subconscient m'est venu à l'esprit qu'un pèlerin était venu se coucher au dessus de moi (j'étais seul en m'endormant mais avait laissé le gîte ouvert au cas ou!) et qu'il avait pisser au lit...(loufoque le gars non!!!). je me lève en sursaut et rien au dessus ni dans la chambre...mais la baie coulissante était elle ouverte...et c'était les gouttes de pluie d'un des arroseurs automatiques qui venait de se mettre en route pour les pelouses de la ville...voilà l'histoire

IL ME RESTE 359km A PARCOURIR Langue tiréeLangue tiréeLangue tirée                                                             

→2 AOUT 6h : Etape 21 de CALZADA DEL COTO à MANSILLA DE LAS MULAS 33,5km

Ouf...fini les ennuis de pieds, les débuts de contractures...La nuit à été réparatrice et je me sens en forme pour attaquer une grande étape de 33km pour rattraper celles d'hier et d'avant hier et ainsi me rapprocher de LEON pour ne pas y coucher car je me sens mieux dans les petites villes à taille humaine. Terminé aussi la MESETA avec ses longs chemins bordés de champs de blés, tournesols, orges et avoines et ce depuis plus de 100km avec pour horizon sur ma droite , en ligne de fond, la chaîne de montagnes de la CORDILLRIA DE CAMBURIA; Et fini aussi ce camino avec ses longues lignes droites bordés de petits arbres sans rien entre deux villages sur parfois 16 et 13km comme entre EL BURGO RANERO ET RELIEGOS. Et voilà sans encombre j'arrive à MANSILLA 6km après RELIEGOS à l'albergue municipale dans le centre ville; Et surprise qui vois je arriver...la bande à Thierry qui...grossie mais qui va s'arrêter car presque tous finissent à LEON. En attendant nous allons pouvoir passer la soirée ensemble et plus car nous nous retrouvons dans la même chambrée...ils vont pouvoir profiter une dernière fois de ... mes doux ronflements.

Avis et potins de pélerin : Belle petite albergue bien placée avec une cuisine, pour ce soir... se cuisiner des pâtes à la sauce tomate. Albergue ou aussi on se sens bien avec des accueillants bien sympa. La ville elle aussi est agréable et vivante.  J'ai offert à Thierry et Martine  "la petite flèche jaune" en pin's pour qu'ils puissent poursuivre leur chemin l'année prochaine.

→3 AOUT 6h30 Etape 22 de MANSILLA DE LAS MULAS à LA VIRGEN DEL CAMINO 27,5km

Exceptionnellement je mets le switch à manches longues ce matin car manifestement il fait bien frais; Arrivé à ARCABUEJA au km 11 en longeant la N601 qui elle même longe la nouvelle autoroute jusqu'à SANTIAGO je trouve un petit bar sympa pour prendre la pose et maintenant par habitude un petit desayunos puis j' enlève le switch car le copain, celui qui nous chauffe la couanne, a sorti ses chauds rayons. Jusqu'à LEON ce sera côte côte le long de la nationale avec à plusieurs endroits des passages par des ouvrages métalliques pour l’enjamber; Ah il est loin le vrai chemin des pèlerins du moyen âge! Il est 11h j'arrive dans la banlieue de LEON par les zones industrielles et commerciales pour en ressortir vers 13h après avoir savouré d'être passé par le centre historique de cette belle ville...que je n'ai pas eu assez le temps d'apprécier à sa juste valeur; C'est de ma faute...faute de temps que je n'ai pas pris...et aussi parce que j'ai l'aversion des grandes villes ...là je me répète je crois. J'ai quand même pris le temps de prendre quelques photos des principaux monuments, cathédrale, bâtiment du gouvernement de la province de Castille et Léon, Musée et grand hôtel, de saluer Hélène et Yan et de faire connaissance avec un couple de Français que je reverrai très souvent par la suite et qui commençait ce jour leur dernière partie du chemin jusqu'à Santiago. La sortie de ville arrive...c'est toujours long ces sorties de grandes villes et d'ailleurs je n'ai pas l'impression qu'elle finisse car TRABAJO DEL CAMINO que je viens de passer se confond avec LA VIRGEN DEL CAMINO  ou je m'arrête qui en est aussi la continuité. Bon comme il est 14h, je vois un petit muret à l'ombre, je pose le sac et casse une petite croûte content dans l'ensemble de mon étape. Juste à 100m de l'albergue je croise mon infirmier Belge qui me demande de mes nouvelles et allons boire une bière car je ne vous l'ai peut être pas dis mais il fait très chaud à cette heure; Il a élu domicile ici aussi et nous prendrons ce soir notre repas ensemble car il y a une cuisine aménagée dans ce gîte tout neuf dans un ancien gymnaste d'une propreté exemplaire et d'un calme olympien.Impeccable pour une bonne nuit

Avis et potins de pèlerin : Rien à redire sur la propreté parce que l'accueillante est toujours un balai ou un chiffon à la main et il y à une très belle cuisine ou tout est fonctionnel.   Nous avons mangé avec le Belge et une pèlerine Nantaise  qui arrivait apparemment de Léon, et que je reverrai demain arriver en pleurs à l'albergue HOSPITAL DE ORBIGO...et que je ne reverrai plus...c'est le chemin çà !

→4 AOUT 6h30 : Etape 23 de LA VIRGEN DEL CAMINO A HOSPITAL DE ORBIGO à 25,5km

Comme prévu j'ai fait une bonne nuit dans cette albergue avec des pèlerins respectueux des règles de bienséance; Aujourd'hui c'est dimanche vu le ciel au départ de cette étape il va encore faire un super temps, aller en route... mais de suite j'hésite une première fois, il faut dire que le jour est à peine levé, cela à cause du fléchage et une deuxième fois à cause d'un panneau d'orientation donnant le sens du chemin à l'est pour ouest direction ASTORGA. Tout est rentré dans l'ordre , pas de montée...ni de déclivité...le chemin est absolument plat et longe les travaux sur la N 120 sans difficulté particulière ce qui fait qu'il est 11h et me voilà à SAN MARTIN DEL CAMINO à...7km de HOSPITAL DE ORBIGO ou je trouve enfin un bar (c'est dimanche) et  m'arrête pour un petit desayunos...il était temps car la fringale arrive. Je lambine un peu et arrive à l'entrée de la ville par un grand pont de pierre restauré, depuis peu semble,t'il et me dirige vers le refuge paroquial ordre de Malte ou je suis accueilli (comme tous les pèlerins) avec un grand verre d'eau fraîche par les bénévoles qui en assure la gestion. J'ai droit à une visite des lieux et choisi une petite chambre de 6 couchages en rez de chaussée; Douche, écriture, petit coup de fil et causette avec un couple de français qui fait St Jacques avec ses deux enfants à vélo...que n'appréciait pas forcément la gamine d'une dizaine d'année! Petit tour en ville pour chercher un restaurant...mais rien ne m'accroche alors comme il y a une cuisine ...spaghettis et sauce tomate feront l'affaire. 

Avis et potins de pèlerin : Beaucoup d'attention de la part des 4 hospitaliers bénévoles de ce refuge ancien mais décoré avec goût et bien entretenu. Le lendemain matin contrairement à d'autres albergues, une bénévole était présente dès 6h du matin pour offrir un petit coeur en papier et souhaiter buen camino aux pélerins qui reprenaient le chemin ...et la bise en plus. Une jeune femme a tournée de l'oeil en entrant au refuge...Affolement ...mais elle a été bien pris en charge avec beaucoup d'attention et revenue bien à elle assez rapidement...Le soir plus rien n'y paraîtra!

→5 AOUT 6h30 : Etape 24 de HOSPITAL DE ORBIGO à EL GANSO 30km

Nuit dernière difficile dans cette albergue paroquiale à cause des boutons de chaleur et autres piqûres de bestioles...mais ouf...pas d'affreuses punaises. J'avais prévu une petite étape mais comme physiquement cela va de mieux en mieux j'enchaîne et après 17km me voilà en haut d'une grande montée dominant ASTORGA, ville perchée sur un éperon avec une superbe cathédrale et un centre ville très animée. En bas de la descente un joueur de guitare assis au pied d’une grande croix  accueille les marcheurs en grattant nonchalamment quelques notes et dès avoir déposé une pièce il s’anime et s’empresse de me faire  un grand solo. Passé les faubourgs j’aborde le centre ville… très animé avec de belles boutiques de marques; N'ayant pas repéré le marquage je demande à la première personne que je croise et surprise elle parle bien le français et m’indique que les coquilles...les fameuses coquilles... sont  sous les panneaux de rues ce qui m'amène en sortie de ville après quelques photos et notamment une de la superbe cathédrale Sainte Marie d'Astorga. Je casse la croûte à MURAS DE RECHIVALDO au km 21 sur un banc, pâtes froides, saucisses,  fromage et pomme, petite sieste, changement de chaussures pour les sandalettes et 8km plus loin arrêt dans l’albergue d’EL GANSO située dans un petit village dans la montagne à 1116m.

Avis et potins de pèlerin : le temps est toujours beau et chaud , l’albergue privée elle bien tenue, propre mais sans cuisine alors ce soir ce sera repas pérégrino au bar du coin que j’ai repéré.  J'ai rencontré ce matin la famille de Rochelais qui en vélo m’a doublé sur le chemin…la petite peinait à suivre en « chougnant » et appelait son papa pour l’attendre…ce qu’il a fait et avons un peu bavardé. J’ai de nouveau rencontré MAEVA avec une copine qui feront étape à EL GANSO.

Bon retrouvez moi pour la suite sur Etapes du Camino (suite et fin)

 

×