Etapes du camino 2013 (suite et fin)

Suite de mon camino Francès

→ 6 AOUT 7h : Etape 25 de EL GANSO à ACEBO 23km

Bonne nuit au gîte après avoir pris un bon repas au bar du coin et ce matin avant le départ un bon et copieux petit déjeuner, compris dans la nuitée, ce qui m'importait car l'étape est réputée difficile avec en point d'orgue le COLLADO de LAS ANTANAS à 5,5km d'ACEBO qui s'élève à 1515m. Comme mon mollet me titille je prends un cachet de voltaren que gentiment MARGEORIE la copine de MAEVA, française et prof d'espagnol, m'a conseillée de prendre et bien lui en a pris car j'ai fais l'étape sans problème et même arrivé au village d'ACEBO en forme... Ah c'est beau!! Entre temps, au village de RABANEL je rencontre PATRICK un autre Belge très sympa et ensuite j'attaque (c'est le cas de la dire) la montée de FONCEBADON 1440m puis passe la fameuse croix de fer où les pèlerins et surtout les touristes font siège; Descente sur  MANJARIN, une photo s'impose et un coup à boire tellement il fait chaud au refuge où personne ne s'arrête coucher tellement c'est rustique (pour ne pas dire plus) et j'attaque la descente sur MOLINASECA (dénivelé de 1000m)...mais comme j'ai prévu de m'arrêter à ACEBO c'est tant mieux car cette partie se fait sur un chemin très sinueux et très caillouteux...tant mieux je n'ai plus d'ampoules! Je traverse le village et trouve l'albergue fermée ce qui me permet en attendant de faire la connaissance de Brigitte la Nivernaise qui vient de recommencer son chemin à LEON et ensuite de retrouver PATRICK et ensemble ce soir nous partageons le repas préparé par les hospitaliers.

Avis et potins de pèlerin : Bizarre à l'albergue la "chef" hospitalière nous impose de laisser le sac à dos en bas de l'escalier pour éviter les...punaises!; Mais en contrepartie la nuitée est en donativo avec repas partagé le soir et idem pour le petit déjeuner du matin...Alors merci les hospitaliers. Le village, au milieu de la montagne est peu habité mais les maisons sont superbes et bien entretenu et cela lui donne un certain cachet;. Repas partagé!.. Dans certaines albergues, en particulier celles à connotation religieuse, un repas est préparé et offert aux pélerins par les hospitaliers ; En contre partie et selon, les pélerins sont invités à apporter d'autres denrées ou boissons pour grossir le menu et ainsi partager entre tous le repas du soir...puis à aider à débarrasser la table et faire la vaisselle. quand au petit déjeuner du matin lui il est entièrement préparé et offert par les hospitaliers.

→ 7 AOUT 7h30 : Etape 26 de ACEBO à CACABELOS 32km

Hier soir un beau gîte, des hospitaliers sympa... Oui mais 2 gros ronfleurs Espagnols qui toute la nuit se sont comportés comme des porcs...éructations, pets, sifflements etc..; Inutile de dire que personne, à part eux ,n'à dormi. Bon maintenant que c'est passé je ne leur en veux pas ...mais quand même et quand je dis qu'ils étaient de nationalité Espagnole c'est pour bien faire comprendre comme eux même le font savoir par leur comportement...qu'ils sont chez eux sur ce chemin!. C'était ...mon coup de gueule du matin...Aujourd'hui nous rentrons en Galice, le temps, ce matin, est gris, plus frais, il s'apparente en plus doux un peu à notre belle Bretagne. Descente sur RIEGO de AMBRO puis MOLINESCA où j'aperçois l'ami Patrick puis arrivée sur PONDEFERA avec en vue son château et, ce jour, sa grande brocante; La ville est grande et animée pour un jour de milieu de semaine et comme il est 11h30 je fais quelques courses pour me caler l'estomac...ce qui se fera au village de COLUMBRIANOS sur un banc...et qui vois je arriver...mes 2 ronfleurs... pourvu qu'ils ne s'arrêtent pas à la même albergue ce soir! Le soleil commence à monter, je repart pour les derniers 10km à travers la plate campagne et les vignes et coucher ainsi à CACABELOS petite ville moyenne avec tous les services et son albergue De la Augustia de Cacabelos. Très originale cette albergue!... les chambres de 2 lits sont construites côte-côte, en rez de chaussée,  tout autour de l'église avec douches, lingerie, distributeurs de boissons... mais pas de cuisine, donc j'irai au restaurant pérégrino avec la navette et 2 pèlerines que je viens de rencontrer ici.

 Avis et potins de pèlerin : Superbe albergue ...un peu loin en sortie de ville mais reposante et ça fait du bien...d'être dans le calme. Le repas d'hier soir était très conviviale avec mes " copines d'un soir " , bon et copieux : apéro, assiette de crudités, côte de bœuf frites, flanc et vin rouge local. Bingo...ils ont là les 2 ronfleurs mais heureusement du fait de l'agencement de cette albergue et en fonction de l'heure d'arrivée je me trouve très loin d'eux et avec un italien sympa que j'ai déjà plusieurs fois rencontré et qui ne ronfle pas ...et qui ne m'a rien dit!

→ 8 AOUT 6h30 : Etape 27 de CACABELOS à  VEGA DE VALCARCE 26km

Départ ce matin avec le mollet gauche que m’a lancé sur le matin. J’espère que cela va passer en y allant doucement d’ailleurs je profite de m’arrêter au resto d’hier soir pour prendre un bon desanuyos très réconfortant pour les 26 km à venir ; Finalement physiquement cela a tenu bien que l’étape se soit passée sur le goudron de la nationale et de l’autoroute ; Arrêt à TRABADELO pour compléter le repas de midi que je prends sur une margelle de pont 8km avant l’arrivée à VEGE de VALCARCE que j’atteints à 14h toujours sous un chaud soleil. Oh…A ce rythme je serais à SANTIAGO…tant mieux. Je fais le choix de l’albergue paroquial qui vient d’ouvrir qui comme à CARION  est tenue par un prête de la congrégation de St Augustins et un jeune bénévole parlant Français pour avoir fait ses études à TOURS . Soirée sympa qui a commencée par une petite réunion avec chants (moi j’ai fermé le son), messe à 18h30 avec lavage des pieds par le prête, repas en commun préparé par 2 jeunes pèlerins Italiens qui nous ont fait quoi !..des supers macaronis à la sauce tomate puis projection d’un film sur le camino avant une nuit tranquille et réparatrice (seul dans une chambre) en n’oubliant pas de penser à la fameuse étape de demain…les 12 km de montée de l’OCEBREIRO.

Avis et potins de pèlerin : Soirée  dans le recueillement avant pendant et après dans le garage du pavillon nouvellement acheté par la congrégation ou nous nous sommes tous retrouvé pour échanger et prendre le verre de l'amitié avant le coucher. 

→   9 AOUT 7h : Etape 28 de VEGA DE VALCARCE à ALTO DO POIO 21km 

L’ OCEBREIRO…Une étape de 12kms des plus difficiles à franchir sur le chemin et pour preuve les guides et notamment le petit Michelin prévoit de la faire sur la journée ;  Et bien finalement en 3h30 j’ai atteints sans encombre son « sommet » à 1330m sans avoir à puiser dans mes réserves. Beaucoup de monde dans les petits magasins où pèlerins et touristes ne se privent pas d’acheter un petit souvenir et moi un complément de nourriture pour casser une petite croûte sur un banc dans la descente à Linares  et rejoindre ensuite le ALTO DO POIO (1337); Finalement la deuxième portion de cette double étape est bien plus difficile avec le Hospital de la Condesa puis le Alto do Poio avec sa montée  particulièrement abrupte et caillouteuse qui débouche tout d’un coup sur la terrasse d’une albergue remplie de consommateurs qui applaudissent chaque pèlerin qui arrive dégoulinant de sueur. C’est ici que je m’arrête et vais passer une soirée sympathique avec des Français,  dormir dans une chambre individuelle, manger un bon repas pèlerin au restaurant, tout cela dans le calme car l’albergue est envahie d’Espagnols qui braillent tout le temps et pour cela j’ai hâte…vraiment hâte... de finir mon chemin comme Jérémy qui vient de m’envoyer un sms me disant être  arrivé à Santiago…

Avis et potins de pèlerin : Si une chambre individuelle (pas très propre entre parenthèse) ne s'était pas libérée je suis certain que je n'aurai pas fermé l'œil de la nuit tellement plus  l’excitation d'arriver au but monte, plus certains pèlerins ne pensent qu'à faire la fête...c'est bien mais il y en a aussi qui veulent dormir !.

→ 10 AOUT 7h : Etape 29 ALTO DO POIO à SAMOS 21km 

Deuxième  étape de 21kms c’est bien pour profiter du paysage ; Ce matin desayunos copieux avec ESTEBAN, accoudé au bar, avant de prendre un chemin tout en descente sous un chaud soleil qui me conduira à TRIACASTELA (665m) là où je casse une petite croûte avant de repartir pour SAMOS; Tiens les  derniers  kms me paraissent longs…normal je me suis égaré en traversant le village de RENCHE alors retour sur mes pas et signe à une voiture de la guardia civil qui passait ; les policiers tentent de m’expliquer avec force de signes …mais comme je ne « pige » rien ils me conduisent sur le bon chemin ;  Je les remercie chaleureusement et repart par un chemin très escarpé mais dans la bonne direction pour arriver vers 13h à l’albergue Del Monasterio de SAMOS. J’ hésite car 90 couchages ! Par contre elle me semble très propre, bien tenue par une équipe de bénévoles directive qui fait respecter la propreté et le repos du pèlerin ;  Choix du lit, j’espère ne pas me tromper, douche, bricoles habituelles et comme il n’y a pas de « cosinas » je sors dans le calme des jardins du monastère saucissonner ( ah… comme je rêve d’un steck tartare ! ) sur un banc à l’ombre. La ville de SAMOS et petite ce qui m’a permis de revoir les deux policiers de la Guardia civil à qui je fais signe et est tenté de visiter l’imposant monastère mais comme le guide ne s’exprimait qu’en Espagnol …je suis ressorti. 

Avis et potins de pèlerin : Belle et bonne la nuit dans les murs du monastère de Samos , dans un refuge donativo, sobre et joliment décoré, belle expérience avant la foule des 100 derniers kilomètres.

→11 AOUT 6h30: Etape 30 de SAMOS à FERREROS 27,5km

Très bonne nuit au gîte de Samos ! C’est la première fois que je constate cela sur le Camino, les bénévoles de cette albergue ont veillés à ce que l’ordre et le calme règnent grâce à un système d’horloge automatique qui éteint les lumières à 22h30 et les rallument à…5h30…par contre là c’est le branle bas de combat, pour moi aussi qui part à 6h30 juste derrière une pèlerine qui me fait signe de la suivre…ce qui me rallonge au final de 2 kms de plus pour arriver à SARRIA ; Petite ville qui dort encore car c’est dimanche et les espagnols se lèvent tard; Alors je pousse jusqu’à BARBADELO en constatant qu’il y a de plus en plus de gens sur le chemin, voire des familles entières qui veulent aller à SANTIAGO pour obtenir la fameuse Compostellane.A savoir qu’en Espagne certains chefs d’entreprises embauchent plus facilement une personne détentrice de ce document…il paraît ! Tiens un petit coin à l’ombre dans le petit village de RENTE me tend les bras alors je m’y arrête pour un petit en-cas. Requinqué j’atteints sans encombre FERREIROS but de mon étape ou j’ai la chance d’avoir le dernier lit et la joie de retrouver Noëlle, Agnès et Estéban que j’ai aperçu en passant devant un petit resto. Je m’installe l’albergue est très propre, bien tenue avec 22lits, je pense que la nuit sera bonne.

Avis et potins de pèlerin : La Compostellane ! Pourquoi les 100 derniers kms ! : paraît il que ce document remis à tout marcheur ayant au moins fait les 100 derniers kms depuis SARRIA est un gage d’embauche pour certains patrons en Espagne... 

 12 AOUT 6h : Etape 31 de FERREROS à AIREXE 25,5km

Bien vu pour la nuitée elle a été très calme avec un réveil à 5h ce qui m’a fait démarrer vers 6h juste derrière la pèlerine italienne mais là j’ai gardé mon cap pendant 16kms jusqu’à PORTOMARIN puis GONZAR où enfin j’ai pu prendre un bon desayunos et me mettre une « rustine » sur le gros orteil droit qui m’échauffait. Je suis bien physiquement alors sans problème j’arrive à AIREIX comme prévu à 13h30 dans la seule albergue du village de 18lits. En-cas, lessive, et une petite sieste qui me fera par expérience changer de lit car j’ai repéré un très gros ronfleur...et ce n’est que la sieste ! Petit village…un seul bar avec menu pérégrino pour le soir, que j’ai, aimant les macaronis très apprécié car à volonté comme la carafe de vin d’ailleurs. 

Avis et potins de pèlerin : Oh là là ... jamais je n'ai vu et entendu un type ronfler comme çà ! 18 lits à deux étages donc 36 couchages ! Aucun de nous n'a dormi ou peu sur le matin...Un vrai ouragan  et sans arrêt...Heureusement le chemin se fini donc peu de "chance" de le rencontrer de nouveau .

→ 13 AOUT : Etape 32 de AIREXE à RIBADISO DA BAIXO 28kms

Dans 2 jours en allongeant les étapes je serais à SANTIAGO… cela me donne des ailes ; Il est 6h15, départ sans se concerter avec mon italienne pour la 3ème fois, à la frontale car il fait nuit et 5kms après je suis à PALAS DE REI que je traverse d’un pas rapide pour attaquer Ribadiso but que je me suis fixé. J’ai la forme mais je prends un coup au moral car mon père vient de m’appeler de sa maison de retraite car il s’ennuie…à mourir comme il dit et de plus il fait chaud,  énormément de monde sur le chemin, seul trop souvent… comme ce pèlerin avec son chien assit sur un banc où je m’arrête pour boire et me reposer;  Il parle ma langue alors on échange un peu : lui vit sur le chemin ! Il revient de Rome par la voie d’Arles jusqu’à Santiago et poursuivra jusqu’à Fatima;  chapeau l’ami…je le quitte et en partant il me montre son sac et me dit…c’est ma maison ! Après coup je me suis demandé s’il était vraiment heureux !! Encore 5kms je poursuis ma route en repensant à mon père et à ce garçon, l’albergue est en vue et d’après ce que je vois il y a beaucoup de monde. En effet mais la chance est avec moi car le lit 61…sur 62 me revient…Ouf . 18h moment de détente au resto bar devant une belle assiette apéritive et 1 bonne bière avant un copieux menu pérégrino  et ensuite au lit pour une bonne nuit.

Avis et potins de pèlerin : Beau moment avec ce Pèlerin qui vît sur le chemin marcheur...je pense souvent à lui et à son chien  en me demandant s'il est vraiment heureux!  Je dis cela car il avait un peu la gorges serrée en me montrant son sac et le définissant comme sa maison...Et son chien qu'n pense t'il !!.

14 AOUT : Etape 33 de RIBADISO DA BAIXO à VILLAMAIOR 33,5kms    

Ce jour je vais le savourer …c’est l’avant dernier ; Départ 7h, il est 18h je suis à l’hôtel  à seulement 8kms de Santiago, douché, lessive à sécher et devant une bière sur la terrasse…content et étonné d’avoir fait cette longue étape avec cette chaleur et d’être en si bonne forme. Ce midi, à 14kms de Villamaior, je me suis arrêté à ANTEVAL manger un bocadillos assis à côté d’un Philippin et de son assistante interprètre qui terminait son chemin. Très intéressé par mon bâton de pèlerin bardé de clous il m’a félicité pour ce que je mets entre guillemets « ma performance » et souhaité prendre une photo...bien sûr j'ai volontiers accepté; D'après sa traductrice c’est un personnage important dans son pays ce M. ORBITO qui m’a d’ailleurs invité chez lui…à Manille...! Et bien voilà il me reste à reprendre le chemin  pour arriver à VILLMAIOR pour dîner et  savourer le petit confort de cette chambre d'hôtel dans un endroit calme. MON PROJET C’EST REALISE…je peux le dire car il reste 9 tous petits kms avant d'entrer dans Santiago.

Avis et potins de pèlerin : Internet étant un outil de recherche très présent  j'ai retrouvé ce personnage qui faisait lui aussi les 100 derniers kms du chemin. Effectivement Alex ORBITO est très connu aux Philippines et dans le monde en tant que chirurgien psychique et guérisseur.  

15 AOUT 7h30 Etape 34 de VILLAMAIOR à SANTIAGO 9kms

Bien dormi...oui et non ; Très certainement le fait d’atteindre le but et d’avoir un billet de bus pour la France car il me tarde de connaître ma 3ème petite fille née pendant que j’étais sur le chemin. 9 kms à savourer…à freiner ma marche et à discuter avec qui voulait pour partager cette joie intérieure …de l’avoir FAIT ! Dans la ville de Santiago que je traverse avec un pèlerin connu sur l'instant nous  essayons de situer la basilique pour notre Compostellane et moi de prendre si possible un billet de car. Ouf la chance est là, tout se passe bien car semble t’il il reste une place pour un départ à 11h30; Seul soucis il est 10h45 … il me faut rejoindre la gare routière et acheter le billet; M'entendant demander mon chemin un prêtre  m’y conduit gentiment…avec sa bénédiction. Mon billet en poche je n’ai plus qu’à attendre le départ 11h30 pour un voyage de 20heures .

qui s’avèrera très très fatiguant. Unique, comme si on avait du mal à se quitter, à l’attente du car j’ai revu, Philippe,….. et Jérémy.  

Avis et potins de pèlerin : j'ai un grand regret dans tout cela : celui de ne pas avoir assisté à la messe d'arrivée des pèlerins (3 à 400 ) et de prendre mon temps pour visiter la ville. Oui j'avais hâte de revoir ma famille et la dernière née de mes petites filles. Dieu que le voyage a été long et fatigant avec 3 changements de bus ! Les rencontres se font et se défont et se refont...comme au départ du retour ou j'ai eu la joie de retrouver Philippe, Joëlle et Jérémy que j'avais perdu de vue depuis une semaine.

 

 

Camino de Bayonne à Saint Jean Pied de Port

 

Camino de Roncevales à Santiago

 
 

Ajouter un commentaire

 
×