Etapes Vendée- SJAngély

Voie de raccordement en Vendée à voie de Tours

Etape1 de St Fulgent à St Germain de Prinçay (Les Roches Baritaud)  25kms Temps très pluvieux

Jeudi 29 juin départ des Sables accompagné par ma petite femme pour arriver au point de départ fixé "l'église St Fulgent" à 8h45 sous la pluie. Cela commence bien ! Repérage du balisage du chemin Rien ! Décision de prendre la petite départementale D11 que m'indique d'ailleurs le "Petit guide du chemin vendéen vers Compostelle" qui part donc de l'église en direction de Védrennes à 6kms où je trouve là une famille bien encapuchonnée tout comme moi qui s'arrêtera à St Jean d'Angély mais que je devrais revoir peut être demain à la Caillère St Hilaire. La pluie est toujours présente alors je continu sur la N160 puis direct par la N137 jusqu'à St Vincent de Sterlange où sous un abri bus je casse une petite croûte tirée du sac car il est 14h30 et j'ai l'estomac dans les talons. Avant de repartir je prends des photos et en route par le chemin pour les Roches Baritaud où l'accueillante Elisabeth m'attend vers 16h. Après avoir tâtonné un peu je trouve la belle maison bourgeoise et repère le gîte attenant pour ce soir. Bon accueil et belle chambre spacieuse avec toutes commodités. Je reprends les habitudes du pèlerin : Douche, lessive, carnet de routes et nouveau pour moi signalétique sur les photos du jour ! Très important. 19h30 l'heure du repas avec Elisabeth et ses 2 grands enfants dans la belle et grande cuisine. Bon repas en bonne compagnie qui ne s'éternise pas car j'ai hâte, pour une première journée d'aller au lit.

Constat du jour: Bonne journée. Soleil revenu en fin d'après midi. Les 25kms bien supporté. bon repas et bon gîte en donativo.

Etape2  de Les Roches Baritaud à La Caillère St Hilaire 25kms Temps gris nuages et pluie

Au réveil le temps de ce jour à priori ne s'arrangera pas ! Départ à 8h après un copieux petit dèj en compagnie d'Elisabeth avec comme objectif de rallier la Caillère en passant par Puybéliard, Philbert Pont Charrault, et La Jaudonnière. Même programme qu'hier pour le chemin à cause du temps, les petites routes feront l'affaire ce qui m'a compliqué la vie car je me suis trompé à cause de la mauvaise qualité des photocopies délavées par le pluie. 3kms de plus !...mais quand on aime on ne compte pas ...il paraît alors !  Autre gros problème pas de ravitaillement donc casse croûte réduit à sa plus simple expression: 10 radis en vrac sans beurre bien sur et 3 toutes petites fines tranches de cake. En route, l'estomac léger à travers le bocage vendéen très agricole avec de superbes bâtisses bien rénovées. Les derniers 8kms se sontfait tranquillement à prendre des photos car le gîte de mon accueillante gîte étant hors chemin, elle vient me chercher vers 16h. A l'arrivée au bourg de la Caillère une petite bière au seul bistrot du coin et quelques courses pour ce soir et demain. un SPAR et une boucherie c'est tout ce qu'il me faut pour me préparer des macaronis à la bolognaise (hum j'en salive). 16h tapante Patricia est là donc en route pour le village de Thiré à 6kms ce qui permet de faire connaissance et de savoir qu'elle travaillera cette nuit car appelée de dernière minute par sa directrice d'EPAD locale pour un remplacement. Pas de problème je garderai la maison. Super grand studio fait 'neuf et très bien équipé avec son coin cuisine pour mes macaronis et la télé et la 3G SVP. Le temps de prendre une boisson en commun et après les DLE* préparation du repas et sans traîner vite au lit.  * DLE = Douche Lavage E Ecrits

Constat du jour : Temps de ..... 3kms en +  Mais très bon gîte en donativo

Etape3  de La Caillère St Hilaire à Orbrie 25kms Temps nuages et soleil alterné

Très bonne nuit (9h de sommeil) chez Patricia avec qui j'ai pris ce matin mon petit dèj très copieux et qui m'a raccompagné sur le départ du vrai chemin super bien balisé de bout en bout pour cette 3ème étape. Merci Patricia. Première partie interminable et sans ravitaillement jusqu'à Bourmeau et deuxième plus agréable en forêt. A l'arrivée je me suis reposé dans le jardin en attendant l' accueillant qui était à un mariage en tant que musicien comme c'était initialement prévu. 17h30 c'est Pierre qui se présente et m'offre une petite bière et nous faisons connaissance. Ce sont avec son épouse Michèle de grands des marcheurs qui ont encore de grands projets comme il me semble me rappeler celui de Rome je crois! Ensuite la douche, le carnet de notes du jour et dîner en tête à tête avec Michèle (qui entre parenthèse est correspondante locale de OUEST FRANCE) car Henri a dû retourner installer du matériel de sono au mariage. 9h30 retour d'henri et suite de la soirée et visite de sa belle cave enterrée et dans la foulée au lit pour ce qui sera une bonne nuit..

Constat du jour: belle étape. Bon accueil en donativo. Bon repas. Bien sur le plan physique. Chemin bien balisé

Etape 4 de Orbrie à Maillezais 25kms Temps gris et pluvieux sur la fin

Bon repas traditionnel Vendéen bien cuisiné par Michèle avec des mogettes notamment et une belle tarte aux abricots et une bonne bouteille de Bordeaux qu' Henri avait sorti de sa cave enterrée. Au petit matin vers 6h sans faire de bruit  préparation des pieds et du SAD (sac à dos) pour arriver au petit dèj à 7h avec le couple et départ après avoir satisfait à la photo d'album d'Henri, au tampon avec une belle coquille et dans la foulée Michèle m'a accompagnée à la marche jusqu'au au départ du chemin. merci Michèle. D'abord des petits chemins sympas mais progressivement du goudron et encore du goudron jusqu'à Xanton-Chassenon et toujours sans trouver ne serait ce qu'un vrai boulanger à part un distributeur de baguettes!. Heureusement à Nieul sur l'Autize j'ai trouvé ce qu'il me fallait et même une table avec bancs dans l'ancien parc qui accueillait le Centre Technique de Football. La pluie recommence alors capuchon et bâton et en route pour Maillezais où je rencontre un pèlerin, Gérard de Nantes que je retrouverai le soir et avec qui je ferai plusieurs étapes par la suite. 15h30 arrivé devant maison d'hôte de Mme Bonnet et installation dans une des 14 grandes chambres à l'ancienne qu'elle met à disposition de tous mais avec tarif préférentiel pour les pèlerins mais sans repas le soir ce qui devient pour le coup un problème car c'est dimanche et rien n'est ouvert à Maillezais ce soir !!.  Absurde...pourtant comme indiqué sur le site de la commune : Petit bourg de 1023 habitants (les mallacéens) situé aux portes du Marais Poitevin. La commune, dotée de toute une gamme de services et commerces, de plusieurs restaurants, hôtels, et d'un camping municipal 3***, s'est orientée vers le tourisme grâce à un riche patrimoine culturel et historique.

Deux monuments sont très visités : L'abbaye Saint-Pierre, imposant vestige d'un passé prestigieux et l'église romane Saint-Nicolas du XII ème siècle.

De plus la Venise Verte constitue un site exceptionnel pour les balades en barque, les promenades en vélo, les randonnées pédestres et la pêche.

Et ben en plein mois de juillet pas un restaurant pour y manger le dimanche soir !!! Heureusement après avoir fait tamponner ma créanciale avec un magnifique tampon de l'abbaye je me suis dirigé à 19h vers le petit resto de l'embarcadère qui bien que fermant à 20h à bien voulu me faire deux sandwichs pour me restaurer le soir dans la chambre. Merci à lui.

Constat du jour : Moyenne régulière des étapes 25kms. Déçu par le manque de possibilité de restauration. Par le temps depuis 4 jours. Physiquement début de petite contracture au mollet droit. 40€ pour la nuitée sans le repas du soir c'est  un peu cher pour un pèlerin. Et à quand le soleil !

Etape 5 de Maillezais à St Hilaire la Palud 21kms Temps...ouf beau

Bonne nuit chez Mme Bonnet dans sa grande demeure bourgeoise de 1856 avec grand parc et une particularité c'est le potager situé de l'autre côté de la rue par lequel on accède par un tunnel. Superbe et pas courant! Petit dèj avec Gérard le Nantais, copieux et appétissant et surprenant car partagé aussi avec deux petites chouettes hulottes récupérées par notre hôte qui en accord avec la SPA locale recueille et nourrie jusqu'à l'âge adulte cette race d'oiseaux dont elle est tombée amoureuse. 8h30 départ de l'étape qui ne sera pas spécialement fatigante et entrecoupée d'arrêts pour discuter avec des passants, pêcheurs car on suit la Sèvre Niortaise et parce que le gîte paroissial sera ouvert à 17h30 pour moi car Gérard que j'ai retrouvé et cassé la croûte avec lui couche chez Didier et Bernadette les accueillants qui gèrent aussi le local paroissial. Arrivé à St Hilaire vers 14h j'ai le temps de classer mes photos et d'acheter une paire de lunette de vue en pharmacie ayant perdu les mienne dès le premier jour de marche. 17h Didier l'accueillant arrive et me fait visiter le gîte qui me convient parfaitement et où je trouve même de quoi compléter ce qu'il me reste car encore une fois tout est fermé dans ce village car c'est lundi ! Je fais le choix d'une chambre sur les 3 disponibles avec fenêtre en plein soleil...il est enfin revenu...pour sécher ma petite lessive après la douche. 20h après les notes de la journée pour le dîner ce sera boîte de cassoulet et yaourt laissé dans le frigo par le pèlerin précédent. Merci à lui.

Constat du jour: Beau temps. Belle étape en suivant la sèvre Niortaise. Belles rencontres sur le chemin. Nouvelles des enfants. Côté santé bien. Gîte en donativo. 

Etape 6 de St Hilaire la Palud à Surgère 28kms Temps très beau

Bonne nuitée au gîte hier, j'ai retrouvé l'esprit de mon premier chemin, celui de Vèzelay en 2009, avec un petit gîte paroissial (ou communal d'ailleurs) bien équipé et tranquille, accolé à l'église et pouvant faire sécher son linge et faire sa popote, ce que j'ai fait pour mon repas de ce midi. Départ 7h du gîte en forme arrivé vers 10h à Mauze le Mignon en longeant le dit canal du Mignon sur 8kms par un chemin herbeux mais bien entretenu. Miracle... Mauze le Mignon est une belle petite ville de 2700 habitants, par laquelle j'accède en laissant à ma droite un grand camping, et où je trouve toutes les commodités et même un Intermarché où je m'empresse de faire des provisions. Un petit tour à la boulangerie pour un petit pain au chocolat. En sortant une petite dame, marcheuse elle même, m'indique la suite du chemin et en route pour Surgères qui ne se fera que par une petite départementale à travers champs et qui ressemble plus à un chemin vicinal en traversant successivement St Pierre d'Amilly, Curé (cela ne s'invente pas sur le chemin de Compostelle) et Chaillé ...ouf enfin (chaillé) j'arrive à Surgères vers 15h30 sous un chaud soleil et les pieds qui commence à chauffer. Direct l'OT pour  le tampon sur la créanciale et comme le rdv chez l'accueillante est prévu pour 17h et qu'une terrasse de café bien à l'ombre me fait un clin d'oeil  alors je m'attable en terrasse et bois une petite bière avant de me rendre au gîte pèlerin.  Bon accueil chez Georges et Colette avec un jus de pomme maison bien frais et un petit air de Creuse qu'il connaisse bien pour avoir un neveu agriculteur à La Celle sous Gouzon. Installation dans une chambre avec un bon lit, une bonne douche, la page d'écriture avant de passer à table pour un bon repas "de famille" copieux et de découverte commune avec l' album de photos familial. Des gens de la terre avec de belles valeurs. Super

Constat du jour: Le soleil est là et bien là. Bonne soirée en donativo chez des gens du chemin. Bonnes sensations du marcheur dans les jambes et la tête.   

Etape 7 de Surgères à ST Jean d'Angély 32 kms Temps très beau et très chaud

Bonne nuitée chez "des amis", bon petit dèj, la photo du départ et un au revoir appuyé pour une étape qui démarre avec un pressentiment de petite galère car pour rejoindre la voie de Tours entre Surgères et SJA je n'ai pas de plan, un mauvais fléchage, pas de ravitaillement et la grosse chaleur. Je décide de repartir de l'église Notre Dame de Surgères mais ne trouve pas de balisage alors je me fie au petit guide Vendéen pour Varzay à 12kms sur une petite route goudronnée à travers champs et me plante à l'arrivée dans un champ en cul de sac ! Retour pour demander mon chemin à la première maison en vue et de l'eau car c'est la canicule. Direction St Loup à 10kms (tiens je connais çà aussi en Creuse) et me plante encore aux Videaux, lieu dit sur le chemin où je demande encore de l'eau tellement il fait chaud à un couple sympa qui volontiers me donne 2 grands verres d'eau avec des glaçons du frigo américain, me remplissent ma gourde, et me renseignes pour la suite jusqu'à St Loup ou j'arrive vers 14h, fatigué au possible, le ventre vide mais sans avoir faim. Un bout de gruyère avec un restant de pain et en route avec certes de bonnes jambes mais avec un cagnard pas possible au dessus de la tête et il reste 15kms à faire avec un fléchage déroutant qui m'amène à Landes au bout de 3kms et qui me fait traverser la N379 celle qui conduit directement à SJA et que finalement je prends car j'en ai marre de tourner en rond. Les voitures mais aussi les poids lourds cela devient dangereux. Dieu doit être avec moi car un automobiliste s'arrête sur le bas côté et me propose de me conduire pour les 6kms restants à SJA. Surpris de la gentillesse du conducteur je le remercie et accepte car cette étape a été une de mes plus mauvaises depuis que je fais les chemins de Compostelle. 5mn après nous sommes attablé devant une petite bière et le quitte après ce moment de détente en apprenant qu'il est saisonnier et "relève les vignes" dans le vignoble de Cognac. Merci et au revoir à ce jeune pour me diriger vers l'Abbaye Royale située à 2 minutes pour tamponner ma créanciale et prendre possession de la "cellule de moine n°9" rénovée et fraîche ce qui est bien agréable par ce temps . Ouf un peu de repos, les DLE et faire le plein de provisions pour ce soir et demain midi et comme il y a un beau patrimoine architectural prendre qq photos.

Constat du jour: Content d'être arrivé !. Soleil accablant (5l d'eau avalés). Etape longue à travers champs. Nuitée sans dîner ni petit dèj à 12,80€. Belle ville étape. Bonne condition physique.    

                                                                             

Ajouter un commentaire